La valeur d’une expérience à l’étranger

placeholder-jobillico-image Publié le 31 janvier 2012 Par

Aimeriez-vous poursuivre vos études ou faire un stage à l’étranger afin d’acquérir une expérience internationale ? Chaque année, plusieurs jeunes canadiens partent à l’aventure pour découvrir une autre culture, parfaire l’apprentissage d’une langue ou développer de nouvelles compétences. Outre l’acquisition de connaissances et d’habiletés pratiques, les bénéfices sont généralement considérables sur le plan personnel.

Apprendre ailleurs et autrement

Étudier à l’étranger comporte plusieurs apprentissages : personnel, culturel, linguistique, etc. « J’ai dû apprendre très rapidement à m’adapter à un système scolaire différent », déclare Marie Michelle Pineault, qui a quitté l’Université du Québec à Rimouski pour entreprendre la troisième session de son baccalauréat en adaptation scolaire et sociale en Belgique.

En raison de la langue d’enseignement différente et d’une approche pédagogique nouvelle, Philippe Hamel reconnaît avoir acquis, lors de son séjour en Suède, moins de connaissances disciplinaires qu’à l’Université Laval. Il souligne toutefois que cette expérience enrichissante lui a permis de s’ouvrir sur le monde, de développer son autonomie et d’établir des contacts en Europe.
Si vous souhaitez poursuivre vos études à l’étranger, vérifiez si votre établissement universitaire a signé des partenariats en ce sens. Les universités canadiennes offrent généralement aux étudiants la possibilité de faire une session d’études à l’étranger grâce à des ententes interuniversitaires. Du financement peut même être offert pour vous aider à réaliser votre projet.

Certains organismes peuvent également faciliter vos démarches. C’est le cas de CampusFrance Canada, un service de l’Ambassade de France au Canada, pour les étudiants canadiens qui souhaitent poursuivre ou entreprendre des études supérieures en France.

« Nous accompagnons les étudiants dans toutes leurs démarches, de la demande d’inscription à la demande de visa », explique Nancy Gill, chargée de mission coopération universitaire au bureau de l’agence à Ottawa. CampusFrance Canada aide annuellement quelque 2 000 étudiants à aller étudier en France, dont près de la moitié proviennent du Québec. Le nombre d’anglophones augmente cependant, ceux-ci pouvant désormais s’inscrire à des programmes offerts en anglais dans les universités françaises. Alors que certains choisissent la France pour l’enseignement offert et une approche différente et complémentaire du système scolaire canadien, d’autres osent l’expérience pour améliorer leur employabilité, progresser en français ou voyager.

Des expériences de travail internationales

Grâce à l’organisme étudiant AIESEC, Anne Marie Pineault a terminé sa maîtrise par un stage d’un an au Costa Rica, au sein d’une compagnie multinationale.

« J’ai acquis une expérience que je n’aurais jamais pu avoir au Canada si tôt dans mon cheminement. En effet, j’avais pour mandat de créer et de mettre sur pied un département de ressources humaines pour trois pays d’Amérique centrale. » Pendant son séjour, en plus de mettre en pratique les connaissances acquises au MBA, elle a développé son sens de la débrouillardise et a appris à mieux gérer son stress. Elle a aussi découvert la culture latino-américaine et a grandement amélioré sa connaissance de l’espagnol. Cela lui a permis, entre autres, d’obtenir un emploi à son retour au Québec. Elle travaille maintenant à Montréal pour un organisme dont 60 p. 100 de la clientèle est hispanophone.

De son côté, Émile Kamdem a choisi l’Allemagne, après ses études, pour y travailler. Pour lui aussi, l’expérience acquise à l’étranger a été reconnue par un employeur québécois : « Le fait de faire de l’ingénierie de pointe en Allemagne a facilité mon insertion dans une grande compagnie de télécommunications à Montréal et j’en suis très heureux. »

Tous les jeunes interrogés affirment qu’ils ont appris autant sur eux-mêmes que sur la culture dans laquelle ils étaient plongés. Ils ont développé leur capacité d’adaptation et plusieurs autres compétences personnelles et professionnelles recherchées par les employeurs. Tous souhaitent un jour repartir à l’étranger, pour les défis que l’aventure représente et pour la découverte – de l’autre et de soi – que cela permet.

N’hésitez pas à tenter l’aventure ; vous en ressortirez grandi ! Le monde s’offre à vous ; il ne tient qu’à vous d’en profiter!

Des programmes qui peuvent vous mener loin

Un grand nombre de programmes peuvent vous permettre de découvrir le monde de diverses façons (stage, emploi, recherche, coopération internationale, projet professionnel, etc.). En voici quelques-uns :

Renseignez-vous également auprès de votre centre des carrières pour savoir si le gouvernement de votre province subventionne d’autres programmes.

Par Emmanuelle Tremblay

Emmanuelle Tremblay est chargée de communication au Service de placement de l’Université Laval.