L’amitié au travail est-elle possible?

Publié le 9 avril 2015 Par

Que ce soit au travail ou dans la vie personnelle, l’amitié est naturelle et contribue au bonheur. Au travail, beaucoup d’occasions sont propices au développement de l’amitié. On partage des projets, des tâches ou des espaces de travail. On côtoie les collègues à la salle à café, on se voit aux repas, en réunions, à plusieurs occasions. Dans ce monde professionnel où tout ce qui est planifié et réglé au quart de tour, on dirait bien que ce qui est naturel à la base peut devenir tout à coup menaçant ou risqué. Devrais-je ou pas tisser des liens d’amitié au travail? Y a-t-il des limites à ne pas franchir?

En amitié, on renonce à un certain degré de contrôle pour s’abandonner au partage, à la confiance, à l’autre. À ces conditions, l’amitié au travail est-elle possible? Y a-t-il des pièges? Est-ce que l’amitié peut survivre à une progression de carrière? Pour s’y retrouver et pour y réfléchir, voici un petit passage obligé sur les types d’amitié tel que le bon vieux Aristote nous l’a enseigné, suivi de points de réflexions et de questions.

Trois grandes formes d’amitié au travail

1.L’utilitaire

L’amitié utilitaire est cultivée uniquement pour l’utilité qu’on peut en tirer. Il s’intéressera au bien-être de l’autre seulement si ça peut lui servir, un peu à l’image d’une relation d’échange pratique, fonctionnelle, politique ou autre.

2.La plaisante

L’amitié plaisante recherche le plaisir avec l’autre dans le jeu, le travail, le dialogue ou autrement. Moins sujette aux conflits que l’amitié utilitaire, elle conserve un caractère volatile en raison des passions et besoins du moment. Tant qu’il y aura du plaisir entre les personnes, l’amitié subsistera.

3.La vertueuse

On la dit « vertueuse » parce que les amis se veulent du bien les uns envers les autres sans rien demander en retour. On la qualifie d’amitié parfaite malgré ses quelques imperfections mutuellement acceptées. Ces amis se ressemblent dans leurs valeurs, leurs attachements, leurs idéaux et aspirent à un traitement égal.

Inscrivez-vous à notre infolettre


Les amis ne jugent pas (ou peu!). Ils écoutent, soutiennent, aident et manifestent leur présence au besoin et à leur mesure, selon leurs disponibilités. Il n’est pas de voir un ami s’investir plus que l’autre dans la relation vertueuse. Mais en milieu de travail, l’amitié parfaite, la vertueuse est plutôt rare. Ce qui est plus surprenant, c’est de voir tous les risques qui sont pris sur le coup de la confiance envers une personne d’un type plutôt intéressé pour ensuite constater la déception qui suit l’attente d’une amitié non réciproque. L’impression d’avoir tout donné, mais n’avoir rien reçu en échange est alors perçue comme une trahison. Voici donc quelques pistes de réflexion qui pourraient justifier le recul nécessaire et souvent oublié avant de s’engager dans une relation d’amitié.

L’amitié utilitaire, la plus fréquente au travail

Comme ce type d’amitié est le plus courant au travail, prendre conscience des pièges des relations d’utilité comme des dangers et fausses manœuvres, c’est prendre confiance et apprendre à faire confiance. Voici donc des questions qui sauront nourrir vos réflexions.

Le gestionnaire et son employé n’auront pas de difficulté à entretenir une amitié. Elle n’est pas impossible, mais les difficultés sont nombreuses. C’est plutôt la perception de l’entourage, des employés ou des hauts dirigeants de l’entreprise qui risque de prêter de mauvaises intentions et des interprétations trompeuses. Être cadre implique des principes éthiques affichant l’honnêteté, la justice et le respect, principes qui peuvent être ébranlés dans les relations d’amitié.

  • Les décisions rationnelles auront-elles l’apparence d’impartialité et d’équité envers les autres? Est-ce que le lien d’amitié va influencer la prise de décision? Est-ce que l’amitié va influencer le jugement et la prise de décision en leur faveur?
  • Avec le temps, on s’est raconté des petits bouts de vécus. Il s’est développé une complicité. Est-ce que les confidences faites à votre ami devenu patron risquent de se retourner contre vous lors des décisions importantes qui vous impliquent?
  • Comment réagira le supérieur si son ami employé diminue son rendement ou de la vigilance d’un employé avec lequel il partage ses intérêts et loisirs? Saura-t-il mettre de côté ses affinités et sa subjectivité?
  • L’employé qui aspire à un poste de direction va faire attention à l’image qu’il projette et aux relations d’amitié qu’il va entretenir. Il va éviter de s’écarter de la norme, va souhaiter se conformer aux idées et à ce qui semble acceptable et valorisé par les décideurs tant dans le choix des activités que des amitiés.

L’amitié dans l’équipe

Très souvent, l’employeur encourage le travail en collaboration et organise même des activités bien ficelées pour développer les amitiés et consolider l’esprit d’équipe. C’est prouvé : un environnement social accueillant contribue au bonheur au travail et au sentiment d’appartenance. Un employé heureux performe mieux et reste fidèle à son employeur.

Dans les milieux compétitifs, l’amitié entre collègues peut être risquée, car l’amitié utilitaire est souvent très présente. Que ce soit pour la quête d’une information qui pourrait lui procurer un avantage ou encore en exploitant les compétences de son ami pour faire avancer ses propres intérêts, ce type cherche à se joindre celui qui le fera rayonner.

  • Est-ce que ces amitiés superficielles et éphémères peuvent survivre aux rivalités?

Les liens d’amitié peuvent se créer entre plusieurs personnes qui partagent les mêmes intérêts. Il arrive que des rapports de force autour de positions ou d’idées divergentes s’installent entre des groupes d’amis à un point tel qu’il soit nécessaire d’intervenir pour apaiser le tout.

  • Lors d’un conflit entre amis, qu’arrive-t-il à celui qui cherche le refuge et la stabilité dans la relation amicale au travail?

L’amitié vertueuse est plutôt rare en milieu de travail.

  • Au départ à la retraite, lors des changements de carrière, d’unité de travail ou d’employeur, pouvez-vous prévoir les individus avec qui vous garderez un contact régulier, en dehors des lieux du travail? Quel est le type d’amitié qui résiste aux changements?

Lorsque les liens se tissent, il est difficile d’identifier rationnellement les risques et les pièges d’une relation d’amitié au travail. Les plus suspicieux diront qu’il faut se méfier d’une amitié recherchée, celle qui semble forcée, l’utilitaire. D’autres diront qu’il faut du temps pour bâtir la confiance, pour cultiver le respect et préserver cette dignité qui nous est si chère. L’amitié plaisante est toujours la bienvenue, tout en reconnaissant son côté éphémère. Comme dans toute chose, tout est dans le dosage, la nuance, l’équilibre.

– Et toi, dis-moi, mon ami en qui j’ai cru, étais-tu opportuniste?