5 conseils pour optimiser son intégration dans une nouvelle équipe de travail

S'intégrer dans une nouvelle équipe de travail Publié le 14 mars 2017 Par

 Naturellement, la nervosité et la hâte sont des émotions que vous pouvez ressentir lors de votre première journée à l’emploi. Afin de diminuer votre stress et de regagner de la confiance, gardez en tête que c’est vous qui avez été choisi par l’employeur et que c’est maintenant l’heure de faire bonne impression dans votre nouvel environnement.

L’intégration dans l’entreprise peut être influencée par des facteurs qui sont externes à vous, comme la procédure d’accueil et le programme de formation établis pour les nouveaux employés, l’attribution d’un espace de travail, l’encadrement offert par l’entreprise, la disponibilité des collègues et de l’employeur pour poser vos questions, etc. Par contre, vous avez du pouvoir pour influencer positivement votre intégration, et ainsi faciliter l’alliance de travail avec vos collègues. Comment trouver sa place? Quelles sont les attitudes à adopter et celles à proscrire?

Voici quelques conseils-clés pour parvenir à vous intégrer efficacement au sein de votre nouveau milieu de travail.

Faites preuve d’adaptabilité

Rien ne sert de trop anticiper le déroulement de votre première journée au travail et de vous créer tous les scénarios possibles et inimaginables. Pourquoi se mettre dans tous ces états? Cela ne va qu’accentuer votre stress et vous ne pourrez peut-être pas faire une aussi bonne impression que vous l’auriez voulu.

En étant prêt à toute éventualité, vous risquez moins d’être déçu ou inconfortable si votre intégration ne se déroule pas comme vous l’aviez prévue. Vous aurez avantage à être souriant, ouvert, à avoir une attitude positive, et ainsi diminuer votre stress de départ.

Soyez à l’écoute et ouvrez l’œil

La première semaine vous permettra d’ailleurs de sonder le terrain et d’obtenir plusieurs informations, tant sur le plan de vos nouveaux collègues de travail que sur la répartition des tâches, les méthodes de travail, l’ambiance, la collaboration dans l’équipe, etc.

Être en mode écoute et faire des observations sur place pourra vous donner quelques indices sur la façon d’interagir avec vos collègues, de savoir avec quelles personnes le courant passe bien, qui veille à ce que vous vous sentiez accueilli en ces journées remplies de nouveautés.

Aussi, vous aurez plus de facilité à retenir les prénoms de vos collègues, et afin qu’ils aient une bonne première impression à votre égard. L’idée n’est pas de se mettre en retrait ou de rester muet, mais de miser sur la compréhension du fonctionnement de l’entreprise et de l’équipe de travail.

Certes, créer des liens avec vos collègues favorisera votre intégration. Simplement, il est conseillé d’éviter de partager des informations personnelles qui vous concernent, car vous pourriez influencer l’opinion qu’ils ont envers vous!

Procédez étape par étape

Oubliez l’attitude « Ti-Jo connaissant »! Sachez reconnaitre que vous en avez à apprendre avant d’être autonome et efficace dans vos tâches et responsabilités. Rien ne sert de vouloir tout de suite épater la galerie. Au fil de votre intégration, vous allez pouvoir mettre à l’œuvre votre savoir-faire et vous faire connaitre et reconnaitre auprès de votre équipe de travail. Un élément à éviter en début d’emploi est de trop vouloir montrer ses compétences ou de vouloir être reconnu dès le départ pour ses connaissances, ses expériences antérieures, etc.

Montrez votre bon vouloir

Puisque l’équipe est déjà formée, il vous revient d’évaluer de quelle façon il convient de prendre sa place au sein de l’équipe. Montrez-vous ouvert, disponible et enthousiaste, et ainsi vos collègues seront eux aussi plus ouverts et disponibles si vous avez des interrogations ou des éléments à valider. Sachez aussi reconnaitre que vous ne connaissez pas tout, même si votre description de tâches s’apparente à celle de votre dernier emploi; les tâches peuvent être les mêmes sans nécessairement être réalisées selon les mêmes procédures ou échéanciers. En effet, pour des employés déjà en place, il n’y a rien de pire qu’un nouveau collègue qui prend en exemple les méthodes de ses anciens employeurs au détriment des nouvelles façons de faire.

Validez les attentes

À la moitié de votre période de probation, ou lorsque vous aurez pris de l’aisance dans vos fonctions, vous pourriez prendre l’initiative de consulter votre employeur ou votre supérieur immédiat afin de savoir si vous êtes sur la bonne voie. En prenant les devants, vous dégagez des marges de manœuvre afin d’améliorer votre travail avant la rencontre de fin de probation. Cela démontre que vous êtes motivé, impliqué et que vous êtes soucieux de rendre un travail à la hauteur des attentes.

En suivant ces quelques conseils, vous maximiserez vos chances que votre nouvelle expérience se passe de manière optimale. N’oubliez pas qu’il y a des éléments sur lesquels vous n’avez pas de contrôle, donc misez sur ce que vous avez le pouvoir de faire!

À lire aussi: 

Conseils pour survivre à sa première semaine de travail!

Accroître la synergie au sein de votre équipe de travail

Par Marie-Philipe Denault, stagiaire supervisée par Julie Gosselin, conseillère en emploi