Déconfinement: pourquoi certains continuent à faire du télétravail?

Déconfinement pourquoi les travailleurs de bureau continuent à faire du télétravail Publié le 29 juin 2020 Par

Imaginons un immeuble où travaillent 500 personnes 5 jours sur 7. Avec la limite de deux personnes par ascenseur, combien de temps faudra-t-il à Jean-Marc pour monter à son bureau au 18e étage? Tout gestionnaire d’une équipe de travail est confronté à ce genre de casse-tête.

Le retour au bureau s’annonce spécial et sous conditions au Canada, comme partout dans le monde au vu de la pandémie de COVID-19. Des conditions qui peuvent être décourageantes et moins avantageuses que de laisser les employés travailler dans le confort de leurs maisons.

Ce retour au travail tant attendu pourrait être retardé ou modifié dans certains cas pour de nombreuses raisons. Nous allons, à travers cet article, en aborder quelques-unes:

  • L’obligation de l’employeur d’assurer la santé et la sécurité des travailleurs
  • Un emploi en télétravail à la fonction publique, c’est désormais possible
  • Plus avantageux de garder les employés à la maison?

L’obligation de l’employeur d’assurer la santé et la sécurité des travailleurs

Tous les gestionnaires des ressources humaines vous le confirmeront : les employeurs sont dans l’obligation d’offrir un cadre de travail sain et sécuritaire. Or, ces temps-ci, cette garantie peut valoir cher pour beaucoup d’employeurs. Produits de désinfection, réaménagement des espaces de travail et autres contraintes liées à la pandémie.

Ajouté à cela le risque accru de transmission à travers les espaces de travail partagés, les salles de dîner, les toilettes, la machine à café, l’imprimante, le mobilier de bureau…

Votre employeur ne prendra pas le risque de vous laisser venir en transport en commun à votre bureau. Aussi de prendre l’ascenseur avec plusieurs personnes et partager des espaces avec vos collègues.

D’autant plus que le télétravail a fait ses preuves ces 3 derniers mois dans plusieurs secteurs. Les employeurs gardent le cap, les employés s’accommodent de cette nouvelle gestion de temps et cette flexibilité offerte par le travail de la maison.

Un emploi en télétravail à la fonction publique, c’est désormais possible

Dans le contexte actuel, il n’y a pas de date de reprise de travail officielle pour la fonction publique. Les dernières déclarations des responsables font état d’un retour graduel des fonctionnaires. Il se fera en plusieurs phases.

On en conclut que cette reprise se fera par ordre de priorité. Le retour au travail sera accompagné d’un réaménagement des espaces de travail afin de favoriser la distanciation physique, mais aussi d’une limitation des personnes qui travaillent dans le même espace.

L’ouverture au télétravail est de plus en plus amorcée et mise en pratique au côté provincial. Par exemple, le Bureau d’audience publique sur l’environnement a pris les devants en mettant en pratique une nouvelle organisation de la journée de travail.

Cette organisation a vu le jour avant le début de la pandémie. Son président M. Bourke affirmait dans une entrevue: “Il y a peu ou pas d’organisations qui avaient été jusque-là. Même les dirigeants vont être comme tous les employés, sans espace de bureau fermé, pas de poste attitré. Et ça, c’est une des conditions du succès de cette vision immobilière”.

Des bureaux neutres, dans lesquels tous les membres d’une équipe ou d’une organisation travaillent, telle est la nouvelle conception du travail de bureau. Certes, ce ne sont pas toutes les organisations qui sont prêtes à faire ce genre de sauts, mais cette vision des espaces partagés pourrait s’étendre à plusieurs entreprises.

Plus avantageux de garder les employés à la maison?

Même si différents sondages font état de la volonté des travailleurs canadiens à continuer le télétravail une fois la pandémie derrière nous, il reste l’autre moitié qui souhaite retourner au bureau dès que possible.

La question du retour au bureau continuera de diviser bon nombre de travailleurs.Tous les impératifs de désinfection et de nettoyage peuvent coûter cher à la longue.

Avec les pertes engendrées par la COVID-19 et le confinement, toutes les entreprises n’ont pas les moyens d’investir dans un budget entretien supplémentaire.

De ce fait, garder les employés à la maison pourrait s’avérer plus économique. Ajouté à cela le fait que les employés se soient habitués à travailler de la maison. Beaucoup d’entreprises préfèrent donc temporiser et favoriser le télétravail pour les prochains mois.