Négocier son salaire : les recettes gagnantes pour y parvenir

Négocier son salaire Publié le 28 octobre 2020 Par

Les mois et les années passent, vous prenez de l’assurance, vous apprenez de nouvelles choses dans le cadre de votre travail, vous faites ce qu’on attend de vous, même plus. Le temps est peut-être venu pour vous de négocier ou de renégocier votre salaire. Autrement, vous vous sentirez injustement payé, vous songerez à quitter votre employeur, surtout si vous avez une meilleure offre ailleurs.

Le souci, c’est que vous ne savez pas comment aborder le sujet, comment l’amener et quoi dire pour renforcer votre argumentaire. Nous avons pensé utile de vous aider dans cette démarche.

Voici donc quelques conseils qui vous aideront à négocier votre salaire, que ce soit dans le cadre d’une entrevue d’embauche ou d’une rencontre avec vos gestionnaires.

Conseils pour bien négocier son salaire

Saviez-vous que l’équité salariale est un droit qui concerne toutes les personnes salariées au Canada qui occupent un emploi historiquement ou majoritairement féminin ?

Pour commencer, il faut savoir que la Loi sur l’équité salariale est là pour vous protéger. Que vous soyez un homme ou une femme, syndiqué(e) ou pas, qu’importe votre statut d’emploi (temps plein, temps partiel, que vous soyez permanent, occasionnel, temporaire ou même saisonnier), l’équité salariale est un droit.

En effet, que vous soyez un homme ou une femme, syndiqué(e) ou non-syndiqué(e), peu importe votre statut d’emploi (temps plein, temps partiel, permanent, occasionnel, temporaire, saisonnier, etc.), vous avez droit à l’équité salariale.

Voici donc nos conseils pour négocier votre salaire, que vous soyez en processus d’embauche ou en négociation avec votre employeur :

  • Connaissez la valeur de votre salaire
  • Basez-vous sur vos accomplissements
  • Argumentez vos exigences
  • Choisissez un moment opportun
  • Évaluez ce que vous avez en plus de votre emploi
  • Soyez à l’écoute pendant l’entrevue
  • Prenez du recul
  • Consignez votre offre par écrit

Connaissez la valeur de votre salaire

Une comparaison s’impose pour savoir où vous vous situez. Un outil de calcul de salaire vous aidera à avoir une idée des salaires pratiqués pour le même poste que le vôtre. Plusieurs critères entrent en considération, comme la province, l’expérience et le secteur d’activité.

Sinon, vous pouvez toujours demander à des amis ou collègues pour avoir une idée, bien que le marché soit opaque parfois.

Basez-vous sur vos accomplissements

Vous avez atteint vos objectifs annuels ou trimestriels? Savez combien vos efforts ont apporté à votre employeur? Vous avez atteint un objectif quantifiable? C’est le moment de demander une augmentation.

Si votre demande est basée sur des données fiables et qui sont à votre avantage, vous pouvez utiliser ces accomplissements pour une entrevue ou pour votre rencontre annuelle avec votre gestionnaire. Vous aurez ainsi des arguments justifiables de choix pour faire valoir votre nouvelle exigence salariale.

Argumentez vos exigences

À cette étape, il est important de vous poser des questions du style : quel est l’état de santé économique de mon employeur? A-t-il des contraintes économiques, technologiques ou d’un autre ordre?

En gros, vous vous mettez dans la peau de votre employeur et vous pensez à une offre raisonnable basée sur des arguments : vos arguments en matière d’efficacité au travail et ceux de la croissance de l’entreprise.

Choisissez un moment opportun

Si vous voulez programmer une rencontre à l’improviste alors que votre patron sort de réunion et semble préoccupé, dîtes-vous que ce n’est pas le bon moment.

Un bon moment serait une rencontre trimestrielle ou tout autre événement prévu durant lequel votre gestionnaire sera prêt à vous écouter. Inutile de vous rappeler que toute cette démarche de négociation doit rester confidentielle.

Évaluez ce que vous avez en plus de votre emploi

Le salaire offert n’est pas tout. Considérez votre bonheur au travail. Si, par exemple, votre employeur vous offre une gamme complète d’avantages sociaux : assurances collectives, REER avantageux, des congés payés en quantité, le stationnement, le transport, un programme de mieux-être ou d’autres avantages de ce genre. Cumulés, ces privilèges ont un prix. Peut-être que si vous allez ailleurs, vous aurez un meilleur salaire sur papier, mais pas autant de bénéfices au quotidien.

Soyez à l’écoute pendant l’entrevue

Pour ce point, deux cas de figure :

1- Si vous parlez à votre employeur : laissez-le parler d’abord, demandez-lui des impressions sur votre travail et votre rendement au sein de l’entreprise.

2- Si vous êtes en entrevue, n’abordez pas la question salariale au début. Idéalement, c’est le recruteur qui aborde le sujet. Soyez attentifs à tous les détails.

Prenez du recul

La nuit porte conseil! Toujours laisser refroidir une offre ou une négociation. Comme quand vous magasinez pour n’importe quoi. Une offre doit reposer et être réfléchie avant que vous preniez une décision que vous ne regretterez pas.

Consignez l’offre par écrit

Demandez un document écrit dans lequel figure une offre claire et lisible. C’est votre droit d’avoir ce document en votre possession. Restez réaliste dans la formulation de votre négociation. Le fait de demander ce qui vous semble être dû ne fait pas de vous un opportuniste. Gardez toutefois la tête sur les épaules. Vous serez ainsi respecté de tous pour votre travail et votre rendement.

Pour finir…

Tout travail mérite salaire équitable, sachez négocier le vôtre de façon claire et raisonnable de manière à ne mettre dans l’embarras, ni vous ni votre employeur. N’oubliez pas, il y a le travail en soi, mais aussi l’environnement et l’ambiance de travail qui n’a souvent pas de prix. Sachez considérer ces points dans leur globalité.