Métal Bernard inc.
 
Nos avantages
7
 
Photo et vidéo
11
 
Offre d'emploi
9
 
Opportunité de carrière
43

Suivre l'entreprise
343 abonnés

 

Nos avantages

Consulte les principaux avantages offerts par Métal Bernard inc.

 Activités sociales organisées par l'entrepriseClub social proposant des activités variées aux membres!
 AssuranceAssurance collective après 3 mois de service incluant l'assurance dentaire
 Formation continueFormation sur place et de façon continue!
 FournituresMontant attribué pour le remboursement des bottes et de vêtements de travail.
Outils de travail et équipement de protection fournis.
 Primes pour références d’employés
 Programme d'aide aux employés (PAE)
 Régime enregistré d'épargne-retraiteAvec une part versée par l'employeur
 

Qui sommes-nous

Reconnue et solidement implantée depuis plus de 25 ans dans le marché de la fabrication et de la transformation de différents produits en acier, aluminium et en acier inoxydable, Métal Bernard est à la recherche de personnel dynamique, autonome et flexible qui est prêt à relever de nouveaux défis.

Métal Bernard contribue à faire une différence positive dans la vie par le développement de ses gens. Nos formations à l’interne leur permettent d’évoluer dans leur poste de travail et ce, en respectant leur rythme d’apprentissage. Notre usine est dotée d’équipements à la fine pointe de la technologie, sécuritaires et adaptés à notre production. Grâce à notre programme d’amélioration continue et à l’implication des membres de notre équipe, nous avons obtenu plusieurs accréditations (AS9100b, ISO 9001 :2008, ISO 14001 :2004, CWB CSA W47.1, plus haute distinction du programme « Ici on recycle » et certifié Or pour la PVA à l’AMETVS).

Consulter nos différentes rubriques pour nous connaître davantage.

 

En savoir plus

Environnement de travail

Environnement de travail

La direction de Métal Bernard inc. a pour premier objectif de "faire une différence positive durable dans la vie des gens". Ce but peut paraître [Lire plus]

Gestion des carrières

Gestion des carrières

Pour l’avancement, un système de classement par poste selon les compétences, l’attitude, l’assiduité et l’ancienneté est aussi en place. [Lire plus]

 

Nouvelles

20 Mars 2012


Voici un extrait du rapport Bilan et perspective Région Métropolitaine de Québec 2011-2012 fait par Québec International.
Lien: http://quebecinternational.ca/media/933494/bilanperspectives_2011-2012-web-fr.pdf

Une année 2011 dynamique
Selon une compilation effectuée par Québec International, une centaine de projets majeurs ont pris fin dans la RMR de Québec en 2011. La participation presque identique des secteurs privés et publics a permis de générer des dépenses en immobilisation de plus de 1,8 G$. La diversité des chantiers a aussi contribué à offrir un environnement économique plus stable pour la région.

7,9 G$ investis dans 120 projets en 2012
Ce ne sont pas les projets d’investissement qui manqueront à Québec en 2012. Selon les informations disponibles, la région compte actuellement 120 projets en cours d’une valeur totale de 7,9 G$. Certains seront de courte durée, alors que d’autres s’échelonneront jusqu’en 2020. En effet, les constructeurs et les promoteurs optent encore pour la prudence. Ils proposent des projets sur plusieurs phases afin de ne pas accumuler trop de surplus et pour éviter la création de bulles spéculatives.
Soulignons aussi que d’autres projets pourraient éventuellement démarrer d’ici la fin de 2012. La région en dénombre présentement une centaine en processus d’étude de soumission ou en attente d’un contexte plus favorable pour démarrer. La valeur totale de ces projets est estimée à 4,5 G$.
Le secteur privé se démarque en 2012. Il est impliqué dans la réalisation de 86 projets d’une valeur de 5,4 G$. De ce nombre, 12 proviennent d’entreprises étrangères (1,6 G$), principalement actives dans les milieux de la R-D, des sciences de la vie, de l’optique-photonique, de l’énergie et du commerce de détail.
L’implication du secteur privé pourrait s’accroître davantage cette année.
Une cinquantaine d’autres projets ont été annoncés (1,6 G$) et n’attendent que les approbations nécessaires pour démarrer.
L’activité résidentielle regroupe 34,2?% des sommes investies dans la RMR de Québec présentement soit 2,7 G$ répartis dans une quarantaine de projets.
Bien que ce secteur diminue graduellement en intensité en 2012, plusieurs facteurs contribuent à soutenir la demande d’unités neuves. Les conditions encore favorables au marché domiciliaire pourraient également contribuer au lancement éventuel d’une vingtaine de nouveaux chantiers à court ou moyen terme (1,3 G$).

INVESTISSEMENTS
L’ensemble des secteurs industriels et des services non immobiliers occupe le deuxième rang en importance à Québec.
En ce moment, 14 chantiers sont en cours, d’une valeur de 2 G$. Des joueurs importants se distinguent, dont Ultramar, Bell, l’Aéroport international Jean-Lesage, Fujitsu et Métal Bernard, pour ne nommer que ceux-là.
Leurs investissements sont principalement axés sur la modernisation de leurs installations afin d’accroître leur rendement et améliorer leur niveau de compétitivité.
Les marchés commercial et institutionnel poursuivent progressivement leur expansion à Québec. Plus d’une quarantaine de projets évalués à plus de 700 M$ sont en cours et permettront d’ajouter, notamment, plus d’un million de pieds carrés de bureaux à louer.
De plus, près de 30 autres immeubles sont annoncés, pour une valeur de 265 M$. Le secteur commercial profite de l’implantation ou l’agrandissement des installations des grandes chaînes.
Cette situation se poursuivra d’ailleurs avec l’arrivée de Target. Pour sa part, le marché institutionnel est encore dans une situation où la demande demeure supérieure à l’offre, comme le laisse entrevoir le faible taux d’inoccupation moyen de 4,6 % en 2011.
Le prix moyen abordable des loyers (21,48 $ le pied carré en 2011) et les faibles taux d’emprunt offrent aussi un environnement favorable au marché de Québec.
De son côté, le secteur public regroupe actuellement 33 projets en cours d’une valeur de 2,5 G$. La réfection du réseau routier et l’amélioration du réseau d’aqueduc sont encore prévues.
Des travaux de modernisation et d’agrandissement d’hôpitaux et d’établissements scolaires se poursuivent ou sont en cours de démarrage.
De plus, les différents paliers de gouvernement accentuent leur implication dans l’ajout d’infrastructures multisportives, culturelles et scientifiques.
Une cinquantaine d’autres projets d’une valeur de 2,9 G$ pourraient s’ajouter en 2012. La construction d’un nouvel amphithéâtre multifonctionnel, la modernisation d’installations portuaires, la construction d’une usine de
biométhanisation, l’ajout d’infrastructures sur la base militaire de Valcartier et la réfection de la Citadelle font partie des principaux projets annoncés.
2,5 G$ investis actuellement dans le secteur public
Plus de 5,4 G$ en provenance du secteur privé.

2 Décembre 2011

Publié le 02 décembre 2011 à 05h00

(Québec) Un nouveau chapitre s'ouvre sur le recrutement à l'étranger pour les entreprises de la région de Québec. L'attraction de professionnels du secteur des technologies de l'information demeure la priorité de la vingtaine d'entreprises qui participeront, à compter de demain, à la neuvième mission de recrutement en France depuis mars 2008 et pour laquelle plus de 500 postes seront proposés aux cousins de l'Hexagone. Voilà maintenant que le secteur de l'usinage s'invite au sein de la délégation.

«Soit que nous continuons à nous plaindre de notre sort et que nous nous garrochons sur les deux ou trois diplômés qui sortent des écoles de formation professionnelle, soit que nous faisons nos valises pour aller recruter à l'étranger!» pose Louis Veilleux, pdg de Métal Bernard.

L'entreprise de Saint-Lambert-de-Lauzon, spécialisée dans la transformation du métal en feuille, participe à sa deuxième mission de recrutement pilotée par Québec International. Une entreprise de Granby, NSE Automatech, spécialisée dans l'usinage de précision, y sera également. Deux autres compagnies, Atelier d'usinage Megatech, de Québec, et Usicast, d'Adstock, ne seront pas présentes à Paris (3 et 5 décembre) et à Lyon (7 décembre), mais elles afficheront sur place des postes pour les chercheurs d'emploi français.

Métal Bernard part à la recherche de machinistes, de soudeurs, de techniciens en mécanique, de tôliers, d'outilleurs-ajusteurs. De la main-d'oeuvre spécialisée que l'entreprise et les trois autres compagnies de sous-traitance appartenant au Groupe Mundial n'arrivent plus à trouver dans une région - celle de la Chaudière-Appalaches - dont le taux de chômage se situe à 4%. «Il y a trop peu de candidats qui sortent des écoles avec la formation que nous recherchons», témoigne la responsable de la dotation, Sylvie Gonin. «Pour en arriver à combler les postes exigeant des qualifications plus spécialisées, il nous faut investir dans la formation à l'interne de nos travailleurs», ajoute la responsable des ressources humaines, Manon Viel.

 

Sylvie Gonin a fait son premier «pèlerinage» en France au mois de mai dernier. Sur place, elle a rencontré une soixantaine de candidats. Sa quête a été fructueuse.

En effet, Métal Bernard a réussi à recruter quatre travailleurs. Deux d'entre eux sont arrivés à Saint-Lambert au mois de septembre et deux autres sont attendus en janvier.

Un nouveau chapitre s'ouvre sur le recrutement à l'étranger pour les entreprises de la région de Québec. L'attraction de professionnels du secteur des technologies de l'information demeure la priorité de la vingtaine d'entreprises qui participeront, à compter de demain, à la neuvième mission de recrutement en France depuis mars 2008 et pour laquelle plus de 500 postes seront proposés aux cousins de l'Hexagone. Voilà maintenant que le secteur de l'usinage s'invite au sein de la délégation.

«Omar Itim et Florent Hervillard avaient le goût de connaître le Québec. «Tant à l'usine qu'à la maison, ça se passe bien. Les gens sont accueillants», raconte Florent Hervillard. Son camarade dit se plaire dans sa nouvelle aventure. «J'ai commencé à un poste d'opérateur laser. Je suis maintenant au pliage du métal. Je vais bientôt passer à la programmation des opérations de pliage», signale Omar Itim qui, en France, avait assisté à plusieurs séances d'information sur les opportunités de carrière au Québec. Par l'entremise d'un organisme d'aide à la régionalisation des nouveaux arrivants, Métal Bernard a aussi recruté, au cours des derniers mois, un travailleur marocain qui venait de débarquer à Montréal.

Tout au long de sa carrière d'industriel, Louis Veilleux a travaillé dans plusieurs pays à travers le monde. Il a toujours été impressionné par le niveau de formation des «cols bleus» pour lesquels peu d'efforts ont été investis pour les attirer vers le Québec. «De l'autre côté de l'océan, il y a des gens très qualifiés. Des gens courageux, aussi, qui sont prêts à tout laisser derrière eux pour vivre une nouvelle expérience de vie. Des travailleurs remplis de potentiel qui sont à notre portée.»

Accorder du temps

Accueillir et intégrer des travailleurs étrangers apporte son lot de responsabilités pour les employeurs. Il faut y accorder du temps, ne serait-ce que pour préparer les affichages et se familiariser avec les règles de l'immigration.

«À chaque fois que je vais dans l'usine, je vais saluer Omar et Florent pour m'assurer que tout va bien», indique Sylvie Gonin. À leur arrivée, la responsable de la dotation les a pris en charge. Elle était là pour trouver des logements dans des familles d'accueil de Saint-Lambert pour les deux jeunes célibataires, pour les aider à ouvrir un compte à la caisse populaire ou encore pour leur montrer le chemin du supermarché le plus près.

Qu'est-ce qu'une entreprise en pleine croissance ne ferait pas pour conserver sa précieuse main-d'oeuvre...

Voir plus de nouvelles >