Skip to content

1-02-2012

Les arts et la culture du Nord : Un patrimoine…et des emplois

artrock-120
Par Hilary Thomson

Le Nord canadien : une terre de glace et de neige, riche en culture, en arts et en possibilités.

Les territoires du Nord représentent une portion énorme du territoire canadien, et n’abritent pourtant qu’une infime partie de sa population. Malgré tout, les arts et la culture du Nord représentent maintenant le Canada à bien des égards. Il suffit de penser aux symboles autochtones que sont les Inukshuks et aux sculptures des Inuits qui sont admirées partout au Canada et dans le monde. C’est donc un endroit où il est stimulant de vivre quand on désire travailler dans le domaine des arts et de la culture.

Il se trouve que l’industrie des arts et de la culture est en pleine effervescence, explique Patti Balsillie, qui s’occupe du développement de produits touristiques, mais qui est aussi animatrice et conseillère en gestion, ainsi que membre du conseil d’administration du Collège Yukon. Originaire de Nouvelle-Écosse, elle a d’abord accepté un emploi d’été au Yukon, en 1989. Mais elle a pris goût au Nord et, après avoir terminé ses études universitaires, elle y est retournée pour s’y installer définitivement.

Les artistes des arts de la scène et des arts visuels brassent des affaires intéressantes. Ils vendent leurs œuvres et en font la promotion partout au Canada, mais aussi dans le monde. « Toute cette effervescence a permis de mieux sensibiliser le public à la région du Nord, à sa culture, et à ce qu’elle offre comme possibilités », souligne Mme Balsillie.

Étant donné que l’art autochtone est mieux connu, les gens arrivent dans le Nord informés sur la culture de l’endroit et ils savent quels artistes ils pourraient rencontrer. « Les touristes cherchent à vivre une expérience plus terre-à-terre, plus traditionnelle », explique Mme Balsillie. Par conséquent, le tourisme axé sur la culture autochtone est très demandé.

D’autres secteurs touristiques sont populaires, ajoute Mme Balsillie. Beaucoup de paquebots de croisière s’arrêtent au Yukon et offrent aux touristes des expéditions dans la nature. Le Yukon voit également passer de nombreux véhicules récréatifs en route vers l’Alaska. Il s’agit de Canadiens désirant découvrir leur pays au nord du 60e parallèle. Il y a aussi des touristes étrangers venant de pays comme l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Australie.

Tous ces facteurs entrent en ligne de compte quand il est question des possibilités d’emploi dans le secteur des arts, de la culture et du tourisme du Nord.

Dans le secteur des arts et de la culture, il y a surtout des emplois dans le domaine du service à la clientèle, de l’accueil, du marketing et de la planification d’événements. Il est également possible de travailler pour une agence de tourisme réceptif dont les activités sont orientées vers les arts et la culture ou la culture autochtone, ajoute Mme Balsillie. De plus, dans le domaine du tourisme, il est possible de travailler comme guide en région sauvage, ou dans le commerce au détail, les services de restauration et l’hôtellerie.

Selon Mme Balsillie, pour travailler dans le domaine des arts, de la culture et du tourisme du Nord, il est important de nourrir une curiosité à l’égard de la culture du Nord et d’avoir une idée de la diversité propre aux trois territoires. Autres atouts : avoir de l’expérience en interprétation ou en planification d’événements, et une bonne connaissance des Premières nations, de la géographie ou de l’environnement de la région.

Mme Balsillie précise que tous les programmes de tourisme au pays ont un volet interprétation. « Ainsi, les étudiants, c’est-à-dire les futurs employés, peuvent se familiariser avec les outils permettant d’interpréter une expérience, ou de raconter une histoire ou un fait de manière logique et sensée, tout en favorisant les échanges avec les visiteurs », explique-t-elle.

Le nombre de programmes de formation disponibles témoigne des nombreuses possibilités de carrières qu’offre le secteur du tourisme dans le Nord, précise Mme Balsillie. Par exemple, le Collège Yukon a une école de gestion, de tourisme et d’hôtellerie (School of Management, Tourism and Hospitality) qui offre des programmes, entre autres, en administration des affaires, arts culinaires, gouvernance des Premières nations et affaires publiques, ainsi qu’en restauration.

Le Collège Aurora, qui comprend trois campus (Fort Smith, Yellowknife et Inuvik) et des centres communautaires d’apprentissage disséminés sur tous les Territoires du Nord-Ouest, offre un programme de moniteur de langue et de culture autochtones. Doug Robertson, directeur du campus Inuvik, souligne que ce programme de deux ans débouche sur un diplôme et qu’il vise essentiellement à former des moniteurs de langue et de culture autochtones qui travailleront dans des écoles primaires et secondaires. Toutefois, d’autres possibilités dans le secteur du tourisme et dans certains centres autochtones sont également offertes aux diplômés.

M. Robertson souligne que ce sont généralement les résidents du Nord qui s’inscrivent à ce programme, mais qu’il est ouvert aux étudiants des autres provinces qui désirent en savoir davantage sur les langues et cultures autochtones.

De plus, le gouvernement fédéral finance un certain nombre de conseils sectoriels dont le but est de promouvoir le développement des compétences et d’aider les nouveaux travailleurs à obtenir des emplois stables. L’un de ces conseils est le Conseil canadien des ressources humaines en tourisme, qui administre des conseils de l’éducation en tourisme partout au Canada. Ces conseils peuvent offrir des cours d’EMERIT, un programme de formation et d’attestation professionnelles très précieux pour tout candidat à un emploi dans l’industrie du tourisme.

Mme Balsillie ajoute que les étudiants qui cherchent un emploi dans le secteur des arts, de la culture et du tourisme peuvent également faire des recherches auprès du centre Info-emploi du territoire qui les intéresse. Le centre Info-emploi du Yukon se nomme YUWIN et maintient une liste des emplois disponibles, en plus d’offrir de l’aide à la rédaction d’un curriculum vitae et au développement de carrière.

Le Nord offre aussi beaucoup de possibilités aux étudiants cherchant un emploi d’été, signale Mme Balsillie. « À mon avis, il est bon de venir dans le Nord pour avoir une expérience en tourisme. Cela montre que vous avez l’esprit d’aventure et que vous n’avez pas peur du changement », ajoute-t-elle.

En guise de conclusion, Mme Balsillie répète que la région a beaucoup à offrir aux personnes qui s’intéressent aux arts et à la culture et qui veulent goûter à ce que réserve la vie au nord du 60e parallèle — et à ceux qui cherchent de nouvelles expériences et de nouvelles aventures. Si cette description vous ressemble, explorez dès aujourd’hui la possibilité d’aller travailler dans le Nord.

Hilary Thomson est étudiante en journalisme à l’Université Carleton.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter les sites suivants :
www.auroracollege.nt.ca, www.yukoncollege.yk.ca, www.tiayukon.com, www.magazineoptionscarrieres.com

(0)(0)

Comments

comments